Le Cahier Bleu

Greenstone avec Johannes et Raphaela

Jour 7

Nou sommes maintenant bien établis dans notre routine de confinés. Globalement, ça se passe bien, même si bien sur, pour les enfants, c'est un peu plus compliqué: trouver des activités pour eux réclame beaucoup d'imagination. J'essaye de les mettre à contribution pour les tâches qui, aussi, ont besoin d'être effectuées, comme le jardinage: ça prend plus de temps, mais ils sont associés.

Nous avons aussi fait un échange de BDs avec Bruno et Aline, en suivant le protocole suivant: les livres seraient déposés dans notre garage, en les laissant "reposer" pendant 2 ou 3 jours (le virus est inopérant sur du papier après 24h), et gros lavage de mains après l'échange. A 16h, ils sont arrivés, je leur ai ouvert le garage, et on a discuté, eux du haut de l'escalier (à la porte du garage) et nous en bas. Bref, surréaliste. Même Aline, toujours positive, avait du mal à cacher comme une pointe de préoccupation. Bien sur, tout le monde s'accorde sur les avantages d'un tel mode de vie, mais l'idée d'être contraint à l'enfermement, et l'incertitude liée à nos familles en Europe, à l'économie, au futur, travaille un peu tout le monde.

Jour 6

Aujourd'hui, j'ai réalisé que nous ne sommes pas sortis de chez nous depuis onze jours. Onze jours à quatre, dans le même décor. Mine de rien, les symptomes commencent à se faire sentir. Je suis un peu plus irritable, et les pensées commencent à prendre des directions surprenantes. Hheureusement que nous pouvons sortir marcher, une routine très importante.

Jour 4 et 5

Et voilà un week-end en quarantaine de passé. Bon, le temps était misérable, alors quarantaine ou pas ... Adan a eu son cours de hip hop en visio, ce qui a permis à Cosmo de se relacher un peu de vapeur en même temps. Je suis allé faire les courses ... puis suis revenu: dehors, avec deux mètres entre chaque individu, attendait une queue d'une vingtaine de personnes, sous la pluie. J'y suis retourné plus tard dans la journée, avec un masque, et bien sur, l'ambiance était un peu surréaliste: les panneaux, les rayons vides, les messages diffusés par les enceintes, le magasin quasi désert. Je suis passé déposer ensuite une bouteille de vin chez Lolo ... que j'ai déposée sur son pas de porte, en emportant un sac de figues qu'il m'avait laissé. Bref, un nouveau monde.

Le bon côté des choses, bien sur, c'est quand nous partons nous promener: pas d'avion, pas de voiture, des routes sures, du calme, de la sérénité. Ca fait réfléchir: pourrait on construire un monde qui garde les avantages des deux?

Les cris et le bazar

Est ce que voir des jouets traîner partout va le manquer

Calme et sérénité

L'absence de voitures et d'avions rend le paysage sonore de notre péninsule tout simplement féérique. Pourrons nous maintenir ce calme quand l'activité normale reprendra?

En route pour les courses

Soirée crêpes

Que cuisiner d'autre par un temps pareil?

Jour 2

Aujourd’hui, ca a ete beaucoup plus fluide. Nous avons implémenté le planning sur lequel Seb et moi nous sommes mis d’accord hier, et tout a ete plus fluide. J’ai enfin pu faire avancer mon travail, et la logistique de la maison. Seb a meme discute de son nombre d’heures sévèrement réduites avec son manager, qui a parfaitement compris et donne son accord. Il va donc travailler deux heures par jour, une heure le matin, et une l’après midi. Le reste du temps, ce sera pour les enfants. Pour ma part, je ne vais pas faire exactement le nombre d’heures, mais je vais quand meme mettre le turbo pour y rentrer les 8 heures réglementaires.

Sinon, la meteo s’est nettement dégradée, ce qui bien sur, augmente la difficulté pour les enfants, qui peuvent moins sortir. Quand ca a ete mon tour de m’occuper d’eux, je les ai quand meme couvert de la tete aux pieds, et nous avons ete prendre l’air quand meme.

Notre premier ministre continue d’éblouir la nation par sa competence, son leadership, et sa compassion. Quelle chance de l’avoir dans cette period de grande incertitude.

Jardinage

Joindre l'utile à l'agréable: les enfants aident à nettoyer notre herbier que l'on n'avait pas touché depuis bien trop longtemps.

Jour 1

Certes, nous ne sommes pas a notre premier jour d’isolation, mais en NZ, c’est aujourd’hui le jour 1 de l’isolation niveau 4, et c’est parti pour 4 semaines. Comme pour beaucoup de monde, c’est un roller coaster d’émotions: l’espoir de voir des choses positives sortir de cette crise, ou la crainte que les choses dégénèrent vraiment, a l’échelle de nos familles ou a l’échelle planétaire. Certes, on a des moments de pure grace, car au final, nous sommes assez privilégié. Par exemple, ce moment ou tout etait absolument calme dehors, pas un bruit de moteur, que des bruits de nature, et nous, accroches a la colline. Cette vision etait ultime, celle du jardin d’Eden. Je vais essayer de m’y accrocher et de formaliser un chemin pour permettre a ma ville d’adoption de la generaliser et d’en faire un modèle de societe.

Sur un plan beaucoup plus pragmatique, la logistique de la journee a ete tres compliquée aujourd’hui, tirailles entre le travail de Seb, le mien, les appels et reunions, les enfants, la maison, les appels « sociaux » (essentiels), etc. Alors ce soir, on a entériné un mode opératoire beaucoup plus cadre, avec des horaires et des règles a respecter. Ainsi, pour préserver mes revenus (puisque je suis à mon compte), je serai celui qui gardera le plus grand nombre d’heures de travail, pendant que Seb en fera moins, pour passer plus de temps avec les enfants. Mes horaires seront tres délimitées: de 8h a 11h, et de 12h30 a 15h30. Entre les deux plages, je préparerai le repas et m’occuperai des enfants. Ainsi, dans le bureau ferme, a l’etage, je pourrai me plonger dans le travail tel que nécessaire. J’espere que cette mécanique va nous permettre d’éviter les pics de stress quand nos reunions se recoupent ou que nous tentons de donner, en meme temps, a nos employeurs respectifs et a notre chère marmaille.

En parlant de la marmaille, Cosmo a refuse de faire sa sieste aujourd’hui, ce qui n’a justement pas aide a rendre la journee aussi fluide qu’on voudrait. Au final, c’est bien ca que nous essayons d’accomplir avec cette nouvelle grille horaire: s’assurer que nous traversons cette période en douceur, et sans trop de frictions.

Cosmo rencontre ...

... une poule. Une fois remarquée, il s'est mis à hurler pour attirer mon attention! J'avoue, sur les hauteurs de Miramar, c'est pas commun!

Jour 2

Wow mais ce calme! Pas le calme de la Nature, non. L'absence quasi totale de moteurs. L'effeverscence des bruits d'oiseaux. Le grand soleil, le vent dans les arbres. Et notre famille qui vit en paix, accrochée à la colline. Ce qui manquait à cette maison nous est apparut par son absence: la pollution sonore a disparu! Plus de commute, plus de chemise, des réunions efficaces du confort de nos foyers. Les enfants qui jouent dehors, et un rythme qui s'établit: on n'y est pas encore, mais on sent qu'on va y arriver, à jongler entre les boulots des uns, les jeux des enfants, etc. Pour le moment, on ne subit pas encore les inconvénients de notre quarantaine, mais les changements ouvrent une fenêtre sur un monde qui ressemble fort au paradis.

En fin d'après-midi, après avoir fini le gâteau fait par Cosmo hier, je suis allé courrir avec Adan (qui lui était sur son vélo), en tenant bien nos distances avec les passants.

Ce soir, j'ai fait une visio avec Guillaume.

Premier jour en quarantaine

Première journée à 4 à la maison. Première journée à jongler entre le travail et les enfants, entre le plaisir d'être à la maison et la peur sourde de s'y sentir emprisonné. Et pourtant, nous ne sommes pas à plaindre, avec un jardin, et pour le moment, du soleil. On a un peu peur de ce que l'avenir nous réserve, mais on essaye de voir le bon côté des choses.

Mon bureau

Et voilà. Cette chaise et ce bureau vont devenir notre maison pour 4 semaines.

Un visiteur

Nous sommes partis nous promener, et en revenant, un copain était passé pour rendre visite!

Derniers progrès avant mise en sommeil

Sean et Alex ont juste eu le temps de terminer les marches de l'escalier avant de disparaitre pour 4 semaines.

Petite réflexion

L'Europe est en lockdown pour cause de coronavirus. Alors, profitant du jardin, j'envoie quelques ondes positives.

Activités pour enfant

La période de confinement a plus ou moins commencé en Nouvelle Zélande et nous sommes tous les 4 à la maison. Alors on commence à essayer des activités, comme celle-ci: mélanger des animaux.

En promenade

En remontant la rue, on trouve deux woodpigeons profitant des cimes.

Dernier apéro avant retour en Europe

Malgré les doutes qui pèsent sur leur vol retour, Johannes et Raphaela profitent d'un dernier apéro en notre compagnie.

L'escalier du sleepout

Comme l'escalier est adjacent au deck du sleepout, il subit quelques modifications pour s'y intégrer.

Diner au Spirit House

Diner avec Melissa et Jake. Surement le dernier restaurant avant un bail.

Le deck autour du sleepout avance

Greenstone avec Johannes et Raphaela

Johannes étant en Nouvelle-Zélande avec sa copine Raphaela, j'avais convenu de les rejoindre lors de leur passage à Queenstown pour faire une petite randonnée. La météo ne s'annonçait pas bonne (elle s'est trompée) et on s'est donc rabattu sur un programme facile, mais de 33kms, accessible pour Adan, mais très joli quand même. Cerise sur le gateau: je n'avais pas encore fait cette partie là de la Greenstone Caples. Bref, il y en avait pour tout le monde, et personne n'a été déçu.

Voir l'album

Joyeux anniversaire Petit Papa

C'est l'anniversaire de Petit Papa et toute la famille monte lui apporter croissants et thé au lit, avec bougies bien sur!

Page précédente - Page suivante